Petite histoire de France de Jacques Bainville - Charles VIII et Louis XII

 

 

Charles VIII, Anne de Bretagne et Louis XII

 

 

 

 

 

A père avare, enfant prodigue. Charles VIII ne ressemblait pas à son père. Il ne rêvait que lointaines chevauchées et actions d’éclat. Et puis, on aurait dit que les Français de ce temps-là avaient, comme lui, besoin d’aventures. Aussi, dès qu’il fut majeur, s’en alla-t-il, comme pour une autre croisade, à la conquête du beau pays d’Italie.

Entrée de Charles VIII en 1495 - Eloi Firmin FéronIl fut d’abord très bien reçu par les Italiens et, de victoire en victoire, arriva jusqu’à Naples. Il se voyait déjà empereur d’Orient, battant les Infidèles et délivrant la terre Sainte. Mais voilà que tout à cop les Napolitains et les Napolitaines, qui avaient commencé par le couvrir de fleurs, se révoltèrent contre lui à l’instigation des autres rois, qui étaient jaloux de ses succès. Il fallut s’en aller rapidement. Et comme une grosse armée italienne voulait empêcher les Français de passer, Charles VIII, à la tête de ses soldats pourtant bien moins nombreux, chargea les Italiens à Fornoue avec tant d’ardeur, qu’ils furent bousculés et qu’ils se souvinrent toujours de la furie Française.

Peu de temps après, Charles VIII étant rentré en France, se cogna la tête si rudement contre une porte au château d’Amboise, qu’il en mourut. Comme il n’avait pas d’enfant, ce fut son cousin Louis d’Orléans qui lui succéda.

Bataille de Fornoue - Eloi Firmin FéronAvant d’être roi, Louis XII avait été fort remuant. Il s’était mis à la tête des seigneurs féodaux qui essayaient, à chaque changement de règne, de se débarrasser de l’autorité royale et il avait été sévèrement puni. Devenu roi, il n’en voulu pas à ceux qui l’avaient mis en prison. Il les garda à son service et dit ce mot qui est resté fameux : « Le roi de France ne venge pas les injures du duc d’Orléans. »

Louis XII est un des meilleurs rois que la France ait eus. Aussi était-il appelé le Père du peuple. Sous son règne tout le monde fut heureux et le bénit.

Il continua les guerres d’Italie parce qu’elles étaient commencées et parce que d’autres, l’empereur d’Allemagne surtout, voulaient s’y installer à notre place. Il y eu là encore de beaux faits d’armes. Un général que vous connaissez bien s’y rendit célèbre. C’était M. de la Palice, celui qui, un quart d’heure avant sa mort était encore en vie.

 

 

 

 

 

 

Charles VIII Louis XII et Anne de Bretagne